Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2017

La Côte d’Ivoire souligne à l’ONU que l’initiative d’autonomie au Sahara est fondée sur la légalité internationale

La Côte d’Ivoire a souligné, lundi devant la 4ème Commission de l’Assemblée générale de l’ONU, que l’initiative marocaine d’autonomie "trouve sa source dans la légalité internationale" et témoigne des efforts sérieux et crédibles du Maroc en vue d’un règlement politique au différend autour de la question du Sahara marocain.

"Ma délégation salue l’application du Royaume du Maroc à rechercher une solution définitive à la question du Sahara marocain, à travers sa proposition visant à accorder une large Autonomie à la région du Sahara dans le cadre de la souveraineté, de l’unité, et de l’intégrité territoriale du Maroc", a déclaré M. Bernard Tanoh-Boutchoue, Représentant permanent de la Côte d’Ivoire à l’ONU, lors du débat général de cette Commission onusienne.

La Côte d’Ivoire, a-t-il souligné, considère que l’initiative marocaine "témoigne des efforts qualifiés de sérieux et de crédibles par le Conseil de sécurité, en vue d’un règlement politique du différend et trouve sa source dans la légalité internationale sur la base d’arrangements conformes aux buts et principes de la Charte des Nations Unies".

"Outre les parties, l’invitation du Conseil de sécurité, aux Etats voisins à coopérer plus pleinement avec les Nations Unies et à s’impliquer résolument pour une solution politique, traduit la volonté renouvelée de cet organe majeur de notre organisation commune d’aboutir à une solution globale et durable, de ce point qui prend en compte l’intérêt général de tous les peuples de la région", a estimé l’ambassadeur ivoirien.

Pour lui, cette approche contribuerait sans aucun doute à renforcer le rapprochement et la coopération entre Etats membres de l’Union du Maghreb Arabe, tout en créant les conditions d’une plus grande stabilité et d’une sécurité accrue dans la vaste région du Sahel.

A cet effet, a-t-il poursuivi, la communauté internationale devrait appuyer de tout son poids, cette nouvelle impulsion du Conseil de sécurité et du Secrétaire général, en vue d’un règlement définitif de ce différend.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

10/10/2017

Le plan d’autonomie au Sahara a le mérite de “transcender les positions traditionnelles divergentes”, selon la Guinée

La Guinée a estimé, vendredi à New York, que le plan marocain d’autonomie a le mérite de “transcender les positions traditionnelles divergentes” et de jeter les fondements d’une autonomie effective du Sahara à travers la mise en place d’organes exécutif, législatif et judiciaire dotés de compétences propres.

Intervenant devant la 4è Commission de l’Assemblée générale de l’ONU, le Conseiller politique du ministre guinéen des Affaires étrangères, Ibrahima Chérif Haïdara, a relevé que cette autonomie s’est confirmée par la tenue d’élections territoriales le 4 septembre 2015, qui ont vu l’élection de natifs de la région à la tête des circonscriptions et le lancement d’un ambitieux programme de développement par le Maroc au bénéfice de cette partie du Royaume.

Il a aussi rappelé que la Guinée, qui souscrit au principe de la solution politique négociée des différends, estime que l’initiative marocaine d’autonomie, soumise au Conseil de sécurité en avril 2007 est conforme à ce principe.

“Mon pays soutient par conséquent cette initiative (…) comme la base du processus politique en cours et cadre unique de compromis de ce différend”, a affirmé M. Haïdara.

Le responsable guinéen a, par ailleurs, relevé avec préoccupation la détérioration de la situation humanitaire dans les camps de Tindouf, soulignant que pour parvenir à une prise en charge adéquate et suffisante de ces populations, il est essentiel de procéder à leur enregistrement tel que demandé par les résolutions du Conseil de sécurité adoptées depuis 2011.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

06/10/2017

Ahmed Lakhrif, membre du Corcas fait une déclaration devant la 4ème Commission

Le taux élevé de participation aux élections reflète l’attachement des Sahraouis à leur marocanité

Le Polisario ne me représente ni moi, ni aucun des habitants de la région du Sahara

Le taux de participation aux échéances électorales, qui a atteint 76 pc dans les provinces du Sud dans des élections libres et transparentes, comme attesté par la communauté internationale, reflète l’attachement des Sahraouis à leur marocanité, a affirmé le parlementaire et membre du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes (Corcas), Ahmed Lakhrif.

“Ce taux de participation reflète l’attachement des Sahraouis à leur marocanité et confirme la légitimité des élus des provinces du Sud”, a souligné ce natif du Sahara, jeudi devant la 4ème Commission de l’Assemblée générale de l’Onu.

Il atteste également du fait que les séparatistes du Polisario ne représentent qu’eux-mêmes et ne jouissent d’aucun droit de parler au nom des Sahraouis, a-t-il relevé devant des dizaines de juristes, de défenseurs des droits de l’Homme et d’acteurs associatifs.

M. Lakhrif, qui avait occupé le poste de vice-président du Conseil de la ville de Laayoune, a pointé du doigt les prétendus représentants des Sahraouis de Tindouf, malgré l’absence de toute forme d’élection depuis l’éclatement du conflit artificiel autour du Sahara il y a plus de 40 ans.

“Remarquez que la liste des pétitionnaires ne contient aucun sahraoui vivant dans les camps de Tindouf”, a-t-il relevé, tout en se demandant, “n’y a-t-il personne dans ces camps qui puisse intervenir devant votre Commission?”

M. Lakhrif a affirmé, “en tant que représentant légitime des habitants des Provinces du sud, que cette région vit dans la sécurité et la stabilité, et ses habitants vivent dans la quiétude et mènent une vie digne et descente”.

En tant que sahraoui, l’orateur a également insisté sur le fait que le Polisario ne le représente ni lui, ni aucun des habitants de la région du Sahara et ne dispose d’aucun droit de représentation des populations sahraouies, soulignant que les seuls représentants du Sahara sont ceux qui ont été élus aux différentes instances représentatives de la région et du Maroc.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com