Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2018

La République dominicaine considère que l’autonomie est une solution “viable” et “réaliste” à la question du Sahara (déclaration conjointe)

La République dominicaine a réaffirmé son respect de l’intégrité territoriale du Maroc soulignant que le plan d’autonomie, présenté par le Maroc, est une proposition “viable” pour garantir la stabilité dans la région et parvenir à une solution “réaliste” à la question du Sahara.

“Concernant la question du Sahara, la République Dominicaine a réaffirmé son respect de l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc, et réitéré que le plan d’autonomie, en tant que solution présentée par le Royaume du Maroc, doit être considéré comme une proposition viable pour garantir la stabilité dans la région et parvenir à une solution réaliste à ce différend”, indique une déclaration conjointe rendue publique à l’issue de la réunion, vendredi à Rabat, entre le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, M. Nasser Bourita et le ministre des Relations extérieures de la République dominicaine, M. Miguel Vargas Maldonado.

Le chef de la diplomatie dominicaine est en visite officielle au Royaume du 18 au 21 juillet au cours de laquelle il a rencontré plusieurs responsables marocains dont le Chef du gouvernement, M. Saad Eddine El Othmani.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

27/06/2018

La pertinence de la proposition d’autonomie pour le Sahara mise en relief lors d’un séminaire au Chili

Les participants à un séminaire académique international sur le Sahara marocain, organisé les 22, 23 et 24 juin à Santiago du Chili, ont hautement salué la pertinence de la proposition marocaine d’autonomie visant à trouver une solution définitive au différend artificiel autour du Sahara marocain.
Dans un document sanctionnant les travaux de ce conclave et baptisé “Déclaration de Santiago”, ils ont exprimé leur soutien avec “force et clarté” à la proposition d’autonomie présentée par le Royaume du Maroc auprès de l’Organisation des Nations Unies pour résoudre pacifiquement ce conflit artificiel tout en soulignant leur “rejet de toute forme de séparatisme ou de terrorisme”.
En relation avec la situation de la femme, les participants à cette rencontre académique, organisée à l’initiative du Centre d’études du Maghreb pour les Amériques, basé dans la capitale chilienne, ont salué les avancées enregistrées au Maroc et dans le Sahara marocain et la participation des femmes à la vie politique et dans les activités de la société civile tout en dénonçant leur séquestration par le Polisario dans les camps de Tindouf.
Selon la Déclaration de Santiago, qui a reçu le soutien et a été signée par 67 personnalités de différentes nationalités incluant des chercheurs universitaires, des politologues, des militants des droits de l’Homme, des syndicalistes et des représentants de la société civile, les congressistes ont, par ailleurs, condamné “les violations aux droits de l’homme, l’enlèvement des femmes, l’utilisation des enfants dans les tâches militaires et autres abus commis par le groupe séparatiste du Polisario”.
Lors de ce séminaire, les intervenants avaient pointé du doigt le “climat de terreur” imposé par le Polisario au sein des camps de Tindouf où les populations sahraouies sont séquestrées et privées des libertés “les plus élémentaires”, alors qu’en revanche, les provinces du Sud du Maroc offrent un cadre de vie “démocratique, développé, inclusif et respectueux des droits de l’Homme”.
Le Plan marocain d’autonomie pour les provinces du Sud est une proposition “juste et créatrice de développement” qui, de surcroit, a été accueillie favorablement par la Communauté internationale et qualifiée de “sérieuse et crédible”, avait souligné l’analyste politique chilien Andres Grimblatt lors de ce séminaire dont les travaux avaient débuté vendredi dernier.
Ce conclave de trois jours avait été l’occasion de débattre de plusieurs thématiques axées notamment sur la question du Sahara, la place du Maroc en Afrique, la proposition d’autonomie au Sahara et la résolution pacifique des conflits.
Les participants se sont penchés, dans le cadre de groupes de travail, sur “les droits humains” et “le rôle de la femme et de la société civile dans le monde actuel”.
Cet évènement académique comptait à son programme plusieurs rencontres lors desquelles d’éminents professeurs et experts ont présenté leurs analyses et points de vue sur diverses questions d’actualité en relation avec le Maghreb alors que plusieurs politologues et représentants de la société civile ont partagé leurs points de vue avec l’assistance et les conférenciers.
Le Centre d’études du Maghreb pour les Amériques regroupe une pléiade d’universitaires, d’intellectuels, d’experts et de représentants d’organisations sociales et culturelles d’Amérique latine avec pour objectifs notamment d’étudier et de faire connaître, dans le cadre d’une approche académique, la réalité des pays du Maghreb, depuis une perspective positive, et de promouvoir le soutien à la paix, à la culture et au dialogue.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

08/06/2018

Le Polisario ne réussit pas à tromper le Parlement européen

Le Polisario, une entité qui n’a ni identité légale, ni personnalité juridique qu’aucun État membre ne reconnait et qui a perdu son procès puisque la cour lui a demandé de payer les coûts

Ironie du sort. Ce qui était annoncé par des affiches et des tracts distribués sous le manteau comme une «grande conférence-interparlementaire » pro-Polisario a viré au cauchemar pour les ennemis de l’intégrité territoriale et la poignée d’eurodéputés qui les soutiennent.

Dans une salle où le Polisario a rameuté, jeudi, stagiaires, étudiants et quelques vieux sympathisants désœuvrés en guise de figurants pour montrer qu’il y avait foule, les cérémoniaires d’une rencontre organisée, jeudi au Parlement européen à Bruxelles, ont été surpris de voir le représentant du Service européen pour l’Action extérieure (SEAE), aller aux antipodes de leurs thèses fallacieuses, en faisant prévaloir le droit, le réalisme et le bon sens, au point où ils ont regretté de l’avoir invité.

Sous le regard effaré de quelques sbires algériens qui veillaient au grain, le représentant de l’organe qui régit, sous la houlette de Mme Federica Mogherini, les relations diplomatiques de l’UE avec les pays non membres et mène la politique étrangère et de sécurité de l’Union, n’y est pas allé par quatre chemins.

Répondant aux allégations sur l’accord agricole et celui de la pêche entre le Maroc et l’Union européenne, Vincent Piket, chef de la division des pays du Maghreb au SEAE, a affirmé que la Cour de justice de l’UE n’a à aucun moment donné raison au Polisario.

«Non. Contrairement à ce que le Polisario considère comme une victoire morale. Il a perdu et la cour lui a demandé de payer les coûts de la procédure». Les accords restent valables du point de vue du droit européen et du droit international, a-t-il expliqué.

M. Piket a rappelé que l’UE entretient des relations avec le Maroc et ne peut en aucun cas signer des accords avec «une entité qui n’a pas d’identité légale, qui n’a pas de personnalité juridique et qu’aucun État membre ne reconnait».

«Le Polisario n’est pas le seul représentant des populations sahraouies. Il n’est pas reconnu par les États membres. C’est une réalité et un fait politique que l’on ne peut pas nier», a tranché le responsable européen.

Il a précisé que dans le cadre du processus d’adaptation de l’accord agricole et de renouvellement de l’accord de pêche, la Commission européenne, « qui a obtenu mandat à l’unanimité du Conseil de l’UE », organe décisionnel suprême des États membres, a mené des consultations avec un large éventail des représentants des populations locales, notamment les élus, la société civile et les différents acteurs concernés.

Le responsable européen a par ailleurs tenu à souligner l’exclusivité des Nations unies dans le traitement de la question du Sahara et réitéré la position de l’UE qui consiste à ne pas interférer dans ce dossier.

«Il s’agit d’une question qui ressort de la compétence exclusive de l’ONU et l’UE ne se prononcera pas sur cette question», a souligné M. Piket.

Inutile de décrire l’ambiance qui a régné dans la salle après cette intervention du représentant du département de la diplomatie de l’Union européenne.

Le député Ivo Vajgl, maitre de cérémonies invétéré des activités des séparatistes au Parlement européen, qui présidait la séance, s’est lancé dans une diatribe furieuse contre la Commission européenne qui sert selon lui «les intérêts mercantiles” de certains États membres, tandis que des intervenants, voulant justifier leur per diem, ont embrayé sur les sujets érodés d’«exploitation de ressources naturelles», des “droits de l’homme au Sahara” ou encore «le référendum d’autodétermination» qui ne fait plus partie du lexique des Nations unies.

Par contre, ils n’ont dit aucun mot sur l’Algérie qui finance, arme et héberge sur son territoire à Tindouf les séparatistes du Polisario et bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une solution du conflit basée sur une autonomie avancée dans un cadre souverain marocain et une intégration économique et sécuritaire régionale.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com