Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2018

Le Polisario viole les résolutions du Conseil de sécurité à Tifariti (think tank colombien)

Les actions de provocation menées par le Polisario dans la localité de Tifariti constituent une violation des dernières résolutions du Conseil de sécurité, a écrit le think tank colombien CPLATAM, spécialisé en analyses politiques et stratégiques en Amérique latine.

Dans un article, publié sur son site web et consacré aux derniers développements de la question du Sahara marocain, le think tank colombien ajoute que la situation dans la région est préoccupante en raison des actions menées par les séparatistes, lesquelles portent atteinte à la paix et à la sécurité dans la région.

Elles constituent aussi un défi et un mépris pour l'ONU et pour la communauté internationale, indique CPLATAM, rappelant que les Nations unies ont encore une fois adressé un avertissement au Polisario à ce sujet.

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a réagi en mettant en garde contre toute action «susceptible de modifier le statu quo» en relation avec la question du Sahara, rappelle la même source.

Tout en faisant référence à la résolution 2414 du Conseil de sécurité, adoptée le 27 avril 2018, le responsable onusien a appelé à la plus grande retenue, ajoute le think tank.

Le Maroc, a, pour sa part, condamné vigoureusement les actions de provocation menées par le Polisario dans la localité de Tifariti, considérant qu’il s’agit «d’une nouvelle violation caractérisée du cessez-le-feu», rappelle-t-il.

Le Conseil de sécurité de l’ONU avait adressé, dans sa résolution 2414, un message ferme rejetant les tentatives du Polisario visant à modifier la situation dans la zone tampon, située à l’est du dispositif de défense au Sahara marocain, poursuit la même source.

La mise en garde du Conseil de sécurité est venue démentir les allégations du Polisario au sujet des prétendus «territoires libérés», commente-t-il.

Par ces actions, le Polisario porte atteinte à la paix et à la sécurité dans une région agitée comme celle du grand Sahara, confrontée déjà au terrorisme des groupes armés salafistes, note le think tank colombien, précisant que l’Algérie, plongée dans une lutte acharnée entre des clans qui se disputent le pouvoir, instrumentalise les séparatistes pour servir ses propres intérêts dans la région et faire diversion sur la grogne sociale qui secoue le pays.

CPLATAM s’arrête par ailleurs sur l’alliance de l’Iran avec le Polisario et l’Algérie à travers le Hezbollah, ajoutant que ce pays s’est joint à l’Algérie dans son soutien au Polisario pour déstabiliser la région.

Le Maroc a rompu récemment ses relations avec l'Iran à cause du soutien militaire accordé aux séparatistes à travers son allié, le mouvement du Hezbollah, rappelle encore la même source, précisant que l’Iran envisageait d’ouvrir, en collaboration avec le Polisario, un nouveau front militaire dans la partie la plus occidentale du monde arabo-musulman en vue d’encourager l’installation de groupes terroristes dans cette zone, et étendre son influence à l'Afrique subsaharienne et au Maghreb.

Les partenaires des séparatistes qui font preuve de générosité en ce qui concerne l’octroi du matériel de guerre aux séparatistes, ignorent le sort des Sahraouis qui vivent dans la misère dans les camps de Tindouf, dénonce CPLATAM.

«Face à ces provocations, comment peut-on demander au Maroc de négocier avec un mouvement armé qui, par ses actions, viole les résolutions du Conseil de sécurité», s’interroge encore la même source, selon laquelle le Polisario est «en train de créer un climat envenimé, rendant impossible l’ouverture de négociations de bonne foi pour parvenir à une solution réaliste et pragmatique» à cette question, conformément à la dernière résolution du Conseil de sécurité.

Le think tank ajoute que l’ingérence de parties étrangères dans cette affaire constitue non seulement une menace à la paix et à la sécurité nationale du Royaume, mais risque aussi de déstabiliser le Maghreb, l'Afrique subsaharienne et même le sud de l'Europe et les îles Canaries.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

27/11/2017

Médiapart analyse la notion de "Territoires non autonomes", qualifié d’abusive et illogique

Le concept est un "artifice idéologique" converti en " véritable arme de combat au sein de l’ONU"

4iemecommission.jpgL’inclusion du "Sahara occidental" dans la liste des "Territoires non autonomes" est une aberration, c’est la conclusion d’un important article d’analyse publié par le site d’information français Médiapart, le 24 novembre courant et qui s’intitule "Les tribulations de la «Liste des Territoires non autonomes» ".

Analysant cette appellation, l’auteur de cet article rappelle que la région du Sahara est un territoire "habité par des populations qu’aucune différence majeure ne sépare du Maroc historique, que ce soit par la langue, la religion, les allégeances traditionnelles, les identités politiques (tribus Berbérophones et Arabophones réparties des divers côtés des frontières coloniales), etc".

Il considère que "le Sahara Occidental est le seul cas inclus dans les TNA (en-dehors de l’Europe) où on ne trouve pas des « colonisateurs Blancs Européens » dominant des populations non-Européennes : son inclusion est donc une aberration. Ce qui ne l'empêche pas de continuer à être utilisée dans les disputes diplomatiques et politiques internationales".

L’article qui traite avec une grande pertinence de ce dossier des territoires non autonomes analyse aussi bien du point de vue du droit que de celui de la logique la situation et constate que cette notion « territoires non-autonomes » (TNA), qui est une construction de l’ONU est tout simplement un artifice idéologique.

L’auteur constate que cette conception est à la fois illogique et arbitraire, mais qui produit sur le terrain des "effets tangibles" et influence de manière forte les prises de position diplomatiques tout en influençant la politique internationale en devant une véritable arme de combat dans l’arène onusien.

La classification TNA est hétérogène et "un abîme de confusion et cela depuis l’origine", indique l’auteur de l’article de Médiapart qui évoque l’évolution historique de cette classification, en citant les spécialistes, notamment Henri Grimal qui rappelle que l’on a confié au ‘Comité des facteurs’ la tâche de déterminer les éléments qui pourraient entrer en ligne de compte pour décider quand un territoire est ou n’est pas « un pays dont la population n’a pas encore pleinement atteint le self gouvernement ».

Ce fameux Comité se heurta aux mêmes difficultés que l’assemblée» pour produire la définition de « territoire non autonome » (Grimal 1985 :147).

Il ne pouvait en être autrement, et la suite le confirma : la définition a priori et par conséquent l’inclusion ou non d’un territoire concret dans cette catégorie n’ont de fondement que politique, c’est-à-dire : en termes de volonté (action fondée sur un intérêt) et de puissance – les rapports de forces entre les tenants des diverses tentatives de définition. D'où il suivra, ou non, l’intégration d'un territoire concret dans la « liste » élaborée par les instances onusiennes.

C’est donc une simple construction politicienne dont le sens très élastique n’a de sens que celui que lui donnent les acteurs politiques au sein de l’ONU, en l’occurrence les puissances étatiques.

Deux critères fondent l’absurdité de cette construction : elle n’est pas homogène, car elle ne comprend pas uniquement des cas de même nature et elle ne suit pas du tout un critère uniforme, et elle n’est pas exhaustive car elle ne comprend pas tous les cas qui correspondent à sa définition de départ.

D’où le constat final que fait l’auteur de l’article : " elle est un instrument idéologique utile dans les stratégies à géométrie variable de certains pays, non une classification obéissant à la logique, d’un côté, et correspondant à des réalités empiriques saisissables, de l’autre."

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

24/11/2017

Le Sahara est une partie intégrante du Maroc et l’autonomie est la solution (Experts argentins)

BuenosAires.jpg

“Le Sahara, qui a toujours été une terre marocaine, est une partie intégrante du Royaume du Maroc”, ont affirmé les deux experts argentins spécialistes en relations internationales, Adalberto Carlos Agozino et Daniel Romero, considérant que la proposition d’autonomie, qualifiée de solution réaliste et généreuse, est la seule issue capable de faire tourner la page d’un conflit artificiel qui dure depuis plus de quatre décennies.

Les deux experts, qui étaient les invités mercredi soir à Buenos Aires de la nouvelle rencontre périodique du Pôle de l’Agence Maghreb Arabe Presse (MAP) en Amérique du Sud placée sous le thème “La proposition d’autonomie, une solution définitive au conflit artificiel autour du Sahara marocain”, ont affirmé que le Sahara, à l’instar des autres régions du Maroc, est une partie intégrante du territoire du Royaume, qui n’a jamais été un territoire sans maitre (terra nullius), mais a toujours été une terre marocaine.

Dans ce sens, M. Agozino, chercheur en sciences politiques à l’Université “John F. Kennedy” de Buenos Aires, a estimé que la proposition d’autonomie “est généreuse, réaliste et représente une bonne initiative viable qui peut contribuer à une solution basée sur des fondements juridiques et logiques de ni vainqueur, ni vaincu”, notant que “toute demande en dehors de ce cadre et au dessus de ce plafond n’est que pure prétention fantaisiste”.

Et l’auteur du livre “La Geopolítica del Sahara-Sahel” (La Géopolitique du Sahara-Sahel, 2013) d’ajouter que l’initiative d’autonomie permettra aux sahraouis de gérer leurs propres affaires à travers des institutions élues dans le cadre de la souveraineté marocaine, notant que l’initiative est sérieuse et crédible conformément au droit international.

De l’avis de l’académicien argentin, le monde devient, de nos jours, plus réaliste et logique et ne dépend plus d’idéologies obsolètes, rappelant dans ce contexte la série de retraits de nombreux pays de leur reconnaissance de l’entité fantoche et soulignant que le séparatisme représente une menace pour la paix mondiale et que les pays du monde ne peuvent mettre en péril leur intégrité territoriale et permettre la création de micro états qui seraient une proie facile pour les terroristes.

Lors de cette rencontre, marquée par la présence d’une pléiade d’académiciens, de chercheurs et de professionnels des médias, M. Agozino a dressé un aperçu historique de ce conflit régional créé de toutes pièces par l’Algérie, depuis la récupération par le Maroc de son Sahara des mains des colonisateurs espagnols suite à la Glorieuse Marche Verte et les manœuvres avec lesquelles Alger n’a cessé de contrecarrer l’intégrité territoriale du Royaume.

Après avoir souligné que le Sahara était historiquement une terre marocaine, comme en témoignent les liens d’allégeance entre les Sultans du Maroc et les tribus sahraouies, l’expert argentin a réaffirmé que le conflit autour du Sahara n’aurait jamais existé sans les agissements d’Alger qui l’a créé “et qui doit aujourd’hui adopter une politique de bon voisinage avec le Maroc et cesser de soutenir le Polisario, qui est en réalité une organisation terroriste qui a mené durant plus d’une décennie des opérations de nature terroriste”.

De son côté, l’expert argentin, Daniel Romero, qui occupe le poste de directeur de l’Agence d’information argentine indépendante “Total News”, a déclaré que face à l’initiative marocaine d’autonomie avancée, les séparatistes du Polisario sont toujours otages d’idéologies et de discours dépassés en se retranchant derrière les slogans de “l’autodétermination” ou la menace d’un retour aux armes, dans un déni total du fait que l’autonomie proposée par le Maroc depuis dix ans, et que la communauté internationale a qualifié de sérieuse et crédible, est une forme d’autodétermination.

Et d’ajouter que la thèse séparatiste ne convainc plus personne de nos jours et que d’année en année la vague de retrait des reconnaissances se poursuit en Amérique latine ou en Afrique et dans d’autres parties du monde, déplorant que le Polisario a fait des camps de Tindouf une grande prison où il séquestre des personnes dans des conditions inhumaines en marchandant leur désarroi et en gonflant les chiffres de ladite population afin de bénéficier des aides humanitaires internationales qui sont systématiquement détournées.

L’expert argentin a mis l’accent sur le fait que la grande partie des aides n’atteint pas sa destination et finie commercialisée au marché noir pour acheter des biens immobiliers en Espagne au nom de dirigeants du Polisario, rappelant dans ce contexte les conclusions du rapport de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) qui confirment le détournement systématique des aides humanitaires internationales destinées aux séquestrés des camps de Tindouf.

A cet égard, il a expliqué que de nombreuses organisations ont compris suite à la divulgation des pratiques frauduleuses du Polisario par l’OLAF que l’aide humanitaire n’atteignait pas sa véritable destination, les poussant ainsi à suspendre ces aides, notant que le Polisario et ses mentors font durer ce conflit afin de continuer à s’enrichir au détriment des séquestrés.

Et de conclure que seule l’autonomie mettrait fin aux violations des droits de l’homme dans les camps de Tindouf où les détenus sont affamés et où les formes les plus flagrantes d’esclavage sont pratiquées, notamment contre les femmes et les enfants, tout en affirmant que la communauté internationale est appelée à mettre un terme à ces atrocités commises par le Polisario.

Le pôle Amérique du Sud de la MAP, dont le siège se trouve à Buenos Aires, œuvre à organiser des rencontres périodiques en présence de médias locaux et internationaux, avec des personnalités de différentes factures, pour mettre en lumière des questions d’actualité et d’autres intéressant les relations entre le Maroc et l’Amérique Latine.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com