Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Analyse - Page 5

  • Sahara: Les propos du PM algérien s’expliquent par "le désespoir et les échecs successifs" (Lahcen Mahraoui)

    Les propos agressifs envers le Maroc du premier ministre algérien, dimanche devant le sommet de l'Union africaine, "s’expliquent par le désespoir et les échecs successifs sur le dossier du Sahara", a affirmé l'universitaire et acteur associatif sahraoui et membre du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes (Corcas),  Lahcen Mahraoui.

    L’Algérie n’a pas pu atteindre son objectif d’attenter à l’intégrité territoriale du Royaume malgré les moyens colossaux matériels et humains mobilisés durant quarante ans, a déclaré M. Mahraoui à la MAP.

     L’académicien sahraoui indique que cet objectif est prioritaire pour la diplomatie de l'Algérie, relevant cependant qu'Alger est confrontée actuellement à une grave crise de gouvernance, amplifiée par la chute du prix du gaz.

    En même temps, a-t-il noté, "le Maroc sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI se positionne de plus en plus comme un leader régional stable, fiable et prospère sur qui la communauté internationale peut compter".

     Au sujet du différend régional du Sahara, M. Mahraoui a fait observer que l’expression "colonisation du Sahara" dont a beaucoup usée M. Sellal dans sa déclaration n’existe que dans l’imaginaire des dirigeants algériens. "C’est un terme inapproprié car l’Organisation des Nations unies chargée de ce dossier et pour lequel elle œuvre pour une solution politique définitive, juste, durable et mutuellement acceptable n’a jamais utilisé ce terme ni dans les rapports de ses différents secrétaires généraux ni dans les différentes résolutions de son Conseil de sécurité", a-t-il expliqué.

    L’acteur associatif sahraoui a, dans ce contexte, invité le PM algérien, et à travers lui, l’Etat algérien à "mettre fin au gaspillage des richesses du peuple algérien pour se concentrer sur les défis réels qui menacent de plus en plus le développement, la paix et la sécurité en Algérie et dans son voisinage maghrébin".

    Il a, d'autre part, critiqué l'Union africaine en interrogeant : "Quelle crédibilité peut-elle avoir en ne réglant aucun problème continental et en continuant d’admettre en son sein un pseudo-état non-reconnu par l’ONU ?".

    M. Mahraoui s’est également demandé quelle signification peut avoir cette union africaine sans le Maroc, un pays qui sous le règne de SM le Roi fait de la politique africaine et de la coopération sud-sud l'un des axes stratégiques majeurs de sa politique extérieure. Cette politique, a-t-il conclu, commence à porter ses fruits dans les divers domaines économique, social, migratoire, éducatif, culturel et cultuel.

    Le conflit du Sahara dit "occidental" est un différend régional imposé au Maroc par l'Algérie qui finance et héberge sur son territoire à Tindouf le front Polisario. Ce mouvement séparatiste, soutenu par le pouvoir algérien, revendique la création d'un Etat factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une intégration économique et sécuritaire dans la région maghrébine.

    Sources : le site politique du Sahara occidental :  

                www.corcas.com

     Voir aussi : Le portail du Sahara occidental : 

                www.sahara-online.net  

    Le site de la culture hassanie : 

                www.sahara-culture.com    

    Le site des villes du Sahara occidental :  

                www.sahara-villes.com  

    Le site du développement économique du Sahara occidental:  

                                  www.sahara-developpement.com   

    Le site social du Sahara occidental :

                                  www.sahara-social.com 

     

  • Lahcen Mahraoui dans une interview avec le journal Al Mounataf

    Comment peut-on être des réfugiés pendant 40 ans sans que l’on sache le nombre et l’identité de ces réfugiés ?

    Avec l’action du Corcas, le monde a réalisé que la prétention du Polisario d’être le seul représentant des Sahraouis est mensongère

     

    Lahcen Mahraoui , membre du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahraouies, a indiqué que la communauté internationale a le devoir de savoir "qui habite les camps (de Tindouf). On dit que ce sont des réfugiés..Mais comment une personne peut-elle être réfugiée sans disposer ni d’une carte de réfugié, ni des droits y afférant ?...Comment peuvent-ils être réfugiés pendant quarante ans sans que l’on ne sache ni leur nombre, ni leur identité ? De quel droit le régime algérien et la direction du Polisario continuent à interdire au Haut Commissariat aux réfugiés, des Nations Unies de les recenser ?".

    On sait aussi que "cela se passe dans des camps qui se trouvent dans le désert algérien, dans une région isolée du monde extérieur et où domine une Milice armée qui exploite la misère des habitants et s’en nourrit et se renforce ", indique le membre fondateur de l’association des Tribus sahraouies marocaines en Europe, dans un entretien accordé au journal Al Mounataf.

    M. Mahraoui estime que le droit exige que "l’on identifie les habitants des camps, qu’on lève le siège dont ils sont victimes, pour que tout le monde sache qui parmi eux est originaire  provinces du sud du Maroc et veux y retourner, que l’on sache qui parmi eux est originaire du Mali et veut retourner dans son pays, que l’on sache qui parmi eux est algérien ou mauritanien et veux retourner chez lui".

    M. Mahraoui considère que "le problème du Sahara est un problème régional et artificiel dans lequel le régime algérien utilise le mouvement séparatiste Polisario pour tenter d’affaiblir le Royaume, d’en épuiser les énergies, de porter atteinte aux intérêts et de contrarier son intégrité territoriale  et unité nationale. C’est le régime algérien qui est l’hôte des camps des séparatistes, c’est lui qui les soutient en leur fournissant les armes, en accordant des passeports à leurs dirigeants. 

    C’est encore lui qui a mobilisé sa diplomatie et ses diplomates pour défendre la thèse séparatiste et y consacre un gros budget prélevé sur les finances et les richesse du peuple algérien".

    Sur le degré de réceptivité des autres Etats et de la communauté internationale de manière générale, de la position du Maroc, M. Mahraoui estime que "en plus de sa position géostratégique, le Maroc a fait des pas importants sur le chemin de la consolidation des bases de la démocratie et des droits de l’homme. Il bénéficie aujourd’hui de la stabilité et de la sécurité et joue un rôle avant-gardiste sur les plans régional et international".

    Selon le membre du Corcas, c’est cette situation  qui fait que "de grands pays tel que les Etats-Unis et les autres puissances soient convaincues et reconnaissante au Maroc pour ses initiatives sérieuses et sa participation à la réalisation de la paix et de la sécurité dans le monde, ainsi que pour son rôle géostratégique dans la préservation et la stabilité de l’Afrique du nord et de l’Europe du sud".

    Il faut, selon Lahcen Mahraoui, "utiliser cette situation pour obtenir le soutien des grandes puissances à notre juste cause nationale et pour faire pression sur le régime algérien pour qu’il se détourne de son opposition à la cause du Maroc et des Marocains, notre cause d’intégrité territoriale et pour qu’il s’investisse  sérieusement et de bonne foi et par lui la direction du Polisario elle aussi, dans la mise en application de la proposition d’autonomie".

    A propos de l’explication et la promotion de notre cause nationale, M. Mahraoui estime que le Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes qui "se compose des chioukhs et notables des tribus, de l’élite des jeunes, des élus et de représentants de la société civile, a joué un rôle important dans la promotion de notre cause nationale et affronter avec fermeté les mensonges du régime algérien et de la direction du Polisario", notamment cette falsification qui prétend "convaincre la communauté internationale que le Polisario est l’unique représentant des Sahraouis".

    Dans ce cadre, M. Mahraoui estime que grâce à l’action du Corcas, "le monde sait avec certitude que cette prétention est mensongère puisqu’il existe des Sahraouis unionistes et que ceux-ci constituent la majorité écrasante". Et ces Sahraouis unionistes ont, par le biais de leur Conseil le Corcas, ont joué un rôle important dans la conception du projet d’autonomie, présenté par le Maroc, dans le cadre de la solution politique pour tourner définitivement la page de ce conflit régional artificiel.

    Sources : le site politique du Sahara occidental :  

                www.corcas.com

     Voir aussi : Le portail du Sahara occidental : 

                www.sahara-online.net  

    Le site de la culture hassanie : 

                www.sahara-culture.com    

    Le site des villes du Sahara occidental :  

                www.sahara-villes.com  

    Le site du développement économique du Sahara occidental:  

                                  www.sahara-developpement.com   

    Le site social du Sahara occidental :

                                  www.sahara-social.com 

  • Camps de Tindouf: du détournement de l’aide humanitaire à l’enrôlement d’enfants dans les groupes terroristes (Republica)

    Au moment où le Parlement européen cherche à y ''voir plus clair'' dans l’affaire des détournements de l’aide humanitaire internationale destinée aux populations des camps de Tindouf dans le sud algérien, le nombre des cas de recrutement d’enfants soldats sahraouis pour le compte de mouvements terroristes dont Boko Haram et ''Etat Islamique'' (EI) est en augmentation, écrit le journal italien ''La Repubblica''. 

    La publication rappelle notamment qu’un rapport de l’Office anti-fraude de l’Union européenne (OLAF) avait dévoilé un détournement à grande échelle, bien organisé depuis des années, de l’aide humanitaire accordée aux réfugiés des camps de Tindouf. 

    L’UE soutient financièrement les camps de Tindouf depuis 1975, sur la base d’une population évaluée par les autorités algériennes à 150.000 personnes, alors que ce nombre ne dépasserait guère les 90.000 réfugies, ajoute le journal qui fait observer que le rapport de l’OLAF n’a jamais été publié et que, malgré tout, l’UE continue à fournir des aides aux camps de Tindouf où ‘’l’intégrisme est de plus en plus diffus notamment parmi les jeunes’’. 

    Le journal note que la Commission européenne a toujours fourni des aides aux camps de Tindouf depuis 1994 et avait envoyé des tonnes de nourritures pour une valeur de 10 millions euros par an au profit de la population.

    ''Les premiers signaux d’une fraude ont été perçus en 1999. Et en 2004, l’enquête de l’OLAF a permis de découvrir l’ampleur et le caractère structuré de ce trafic lucratif organisé par les dirigeant du Polisario et de hauts fonctionnaires du gouvernement algérien'', a poursuivi le journal. 

    Selon le quotidien italien, l’euro-parlementaire allemande Ingeborg Graessle, qui était la première à soulever cette affaire, a déclaré: ''Je ne cache pas que nous sommes très préoccupés parce que la situation semble plus au moins être la même et qu’en fait rien d’important n’a changé''. 

    De son côté, ajoute le journal, la commissaire européenne au Budget, Kristalina Georgieva, a souligné que ''des contre-mesures ont été prises'', reconnaissant qu’''en réalité, il n’existe pas un véritable système de contrôle sur Tindouf’’. 

    Après avoir souligné que le rapport de l’OLAF porte de lourdes accusations et cite les noms des personnes soupçonnées d’être les organisateurs de ces détournements, qui commencent dans le port algérien d’Oran où est opéré le tri entre l’aide qui va être destinée aux populations et celle qui doit être détournée et acheminée vers d’autres destinations notamment les marchés algérien et mauritanien, le journal a fait remarquer que sur la copie de ce rapport largement diffusé par la presse internationale, les noms des suspects impliqués dans ce détournement à grande échelle ont été noircis. 

    Par ailleurs, le journal attire également l’attention sur le phénomène, dénoncé à maintes reprises par des réseaux d’associations marocaines en Italie, de l’enrôlement massif d'enfants soldats dans les camps du Polisario au profit de groupes terroristes, dont Boko Haram, Etat islamique (EI) et AQMI. 

    Ces réseaux marocains exhortent les Nations unies à procéder à un recensement de la population des camps de Tindouf, faisant observer que jusqu’à présent ni Alger et encore moins le Polisario n’ont jamais accepté qu’un tel recensement soit organisé, a relevé le quotidien italien.

    Sources : le site politique du Sahara occidental :  

                www.corcas.com

     Voir aussi : Le portail du Sahara occidental : 

                www.sahara-online.net  

    Le site de la culture hassanie : 

                www.sahara-culture.com    

    Le site des villes du Sahara occidental :  

                www.sahara-villes.com  

    Le site du développement économique du Sahara occidental:  

                                  www.sahara-developpement.com   

    Le site social du Sahara occidental :

                                  www.sahara-social.com