Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Analyse - Page 4

  • Des experts appellent le HCR à "faire davantage" pour régler l'affaire Mustapha Salma

    Des experts internationaux ont appelé, jeudi, le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) à "faire davantage" pour régler l'affaire du militant Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, empêché par le Polisario de rejoindre sa famille dans les camps de Tindouf.

    "Voilà le cas d'un homme au parcours exceptionnel qui a été poussé à se séparer des siens après qu'il ait embrassé librement un avis favorable à l'autonomie du Sahara", a déclaré Me Pierre Legros, avocat au barreau de Bruxelles. 

    Il s'exprimait au cours d'une conférence-débat sur "les défis aux droits de l'Homme des réfugiés et des migrants", organisée au Palais des Nations à Genève par l'ONG AIDE-Fédération en marge de la 29e session du Conseil des droits de l'Homme. 

    M. Ould Mouloud est devenu réfugié malgré lui "à cause de la manière dont il a été traité par ceux qui dirigent les camps", a dit Me Legros, soulignant que le militant sahraoui "a été impressionné par le projet d'autonomie dans lequel il voit la seule alternative pour mettre fin à l'impasse et au déchirement". 

    M. Stéphane Rodriguez, avocat maitre de conférences à l'Université de Paris, a estimé que "même une agence onusienne spécialisée comme le HCR ne saurait avoir une idée précise sur le nombre de réfugiés à aider" 

    Il a cité les campements de Tindouf parmi "les zones les plus fermées au monde où la liberté de circulation est couramment bafouée et où le Haut-commissariat est confronté au défi d'ajustement des besoins". D'où, a-t-il dit, s'impose un recensement des habitants de cette région désertique du sud-ouest algérien, une mesure qui demeure au centre des résolutions de l'ONU sur la question du Sahara. 

    Au cours de ce débat, la militante sahraouie Aicha Douihi a dénoncé "le silence des institutions internationales concernées quant à la situation juridique des camps de Lahmada", estimant que ce silence est d'autant plus inquiétant que les camps de Tindouf sont parmi les plus anciens au monde. 

    Le cas de Mustapha Salma, a-t-elle noté, renseigne sur le besoin urgent pour la communauté internationale d'agir en faveur des populations des camps pour leur garantir le droit de décider librement de leur sort et de vivre dans la dignité et la sécurité, loin de toute manipulation. 

    Mme Douihi a dans ce contexte attiré l'attention sur le climat de peur, d'intimidation et de stricte surveillance imposé aux familles vivant dans les camps en l'absence d'une véritable protection internationale. 

    Cette conférence-débat, modérée par Mme Amina Laghzal, membre du centre de réflexion stratégique de la défense de la démocratie, s'est déroulée en présence de diplomates et d'acteurs de la société civile marocains et étrangers.

    Sources : le site politique du Sahara occidental :  

                www.corcas.com

     Voir aussi : Le portail du Sahara occidental : 

                www.sahara-online.net  

    Le site de la culture hassanie : 

                www.sahara-culture.com    

    Le site des villes du Sahara occidental :  

                www.sahara-villes.com  

    Le site du développement économique du Sahara occidental:  

                                  www.sahara-developpement.com   

    Le site social du Sahara occidental :

                                  www.sahara-social.com 

  • Sahara: Les propos du PM algérien s’expliquent par "le désespoir et les échecs successifs" (Lahcen Mahraoui)

    Les propos agressifs envers le Maroc du premier ministre algérien, dimanche devant le sommet de l'Union africaine, "s’expliquent par le désespoir et les échecs successifs sur le dossier du Sahara", a affirmé l'universitaire et acteur associatif sahraoui et membre du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes (Corcas),  Lahcen Mahraoui.

    L’Algérie n’a pas pu atteindre son objectif d’attenter à l’intégrité territoriale du Royaume malgré les moyens colossaux matériels et humains mobilisés durant quarante ans, a déclaré M. Mahraoui à la MAP.

     L’académicien sahraoui indique que cet objectif est prioritaire pour la diplomatie de l'Algérie, relevant cependant qu'Alger est confrontée actuellement à une grave crise de gouvernance, amplifiée par la chute du prix du gaz.

    En même temps, a-t-il noté, "le Maroc sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI se positionne de plus en plus comme un leader régional stable, fiable et prospère sur qui la communauté internationale peut compter".

     Au sujet du différend régional du Sahara, M. Mahraoui a fait observer que l’expression "colonisation du Sahara" dont a beaucoup usée M. Sellal dans sa déclaration n’existe que dans l’imaginaire des dirigeants algériens. "C’est un terme inapproprié car l’Organisation des Nations unies chargée de ce dossier et pour lequel elle œuvre pour une solution politique définitive, juste, durable et mutuellement acceptable n’a jamais utilisé ce terme ni dans les rapports de ses différents secrétaires généraux ni dans les différentes résolutions de son Conseil de sécurité", a-t-il expliqué.

    L’acteur associatif sahraoui a, dans ce contexte, invité le PM algérien, et à travers lui, l’Etat algérien à "mettre fin au gaspillage des richesses du peuple algérien pour se concentrer sur les défis réels qui menacent de plus en plus le développement, la paix et la sécurité en Algérie et dans son voisinage maghrébin".

    Il a, d'autre part, critiqué l'Union africaine en interrogeant : "Quelle crédibilité peut-elle avoir en ne réglant aucun problème continental et en continuant d’admettre en son sein un pseudo-état non-reconnu par l’ONU ?".

    M. Mahraoui s’est également demandé quelle signification peut avoir cette union africaine sans le Maroc, un pays qui sous le règne de SM le Roi fait de la politique africaine et de la coopération sud-sud l'un des axes stratégiques majeurs de sa politique extérieure. Cette politique, a-t-il conclu, commence à porter ses fruits dans les divers domaines économique, social, migratoire, éducatif, culturel et cultuel.

    Le conflit du Sahara dit "occidental" est un différend régional imposé au Maroc par l'Algérie qui finance et héberge sur son territoire à Tindouf le front Polisario. Ce mouvement séparatiste, soutenu par le pouvoir algérien, revendique la création d'un Etat factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une intégration économique et sécuritaire dans la région maghrébine.

    Sources : le site politique du Sahara occidental :  

                www.corcas.com

     Voir aussi : Le portail du Sahara occidental : 

                www.sahara-online.net  

    Le site de la culture hassanie : 

                www.sahara-culture.com    

    Le site des villes du Sahara occidental :  

                www.sahara-villes.com  

    Le site du développement économique du Sahara occidental:  

                                  www.sahara-developpement.com   

    Le site social du Sahara occidental :

                                  www.sahara-social.com 

     

  • Lahcen Mahraoui dans une interview avec le journal Al Mounataf

    Comment peut-on être des réfugiés pendant 40 ans sans que l’on sache le nombre et l’identité de ces réfugiés ?

    Avec l’action du Corcas, le monde a réalisé que la prétention du Polisario d’être le seul représentant des Sahraouis est mensongère

     

    Lahcen Mahraoui , membre du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahraouies, a indiqué que la communauté internationale a le devoir de savoir "qui habite les camps (de Tindouf). On dit que ce sont des réfugiés..Mais comment une personne peut-elle être réfugiée sans disposer ni d’une carte de réfugié, ni des droits y afférant ?...Comment peuvent-ils être réfugiés pendant quarante ans sans que l’on ne sache ni leur nombre, ni leur identité ? De quel droit le régime algérien et la direction du Polisario continuent à interdire au Haut Commissariat aux réfugiés, des Nations Unies de les recenser ?".

    On sait aussi que "cela se passe dans des camps qui se trouvent dans le désert algérien, dans une région isolée du monde extérieur et où domine une Milice armée qui exploite la misère des habitants et s’en nourrit et se renforce ", indique le membre fondateur de l’association des Tribus sahraouies marocaines en Europe, dans un entretien accordé au journal Al Mounataf.

    M. Mahraoui estime que le droit exige que "l’on identifie les habitants des camps, qu’on lève le siège dont ils sont victimes, pour que tout le monde sache qui parmi eux est originaire  provinces du sud du Maroc et veux y retourner, que l’on sache qui parmi eux est originaire du Mali et veut retourner dans son pays, que l’on sache qui parmi eux est algérien ou mauritanien et veux retourner chez lui".

    M. Mahraoui considère que "le problème du Sahara est un problème régional et artificiel dans lequel le régime algérien utilise le mouvement séparatiste Polisario pour tenter d’affaiblir le Royaume, d’en épuiser les énergies, de porter atteinte aux intérêts et de contrarier son intégrité territoriale  et unité nationale. C’est le régime algérien qui est l’hôte des camps des séparatistes, c’est lui qui les soutient en leur fournissant les armes, en accordant des passeports à leurs dirigeants. 

    C’est encore lui qui a mobilisé sa diplomatie et ses diplomates pour défendre la thèse séparatiste et y consacre un gros budget prélevé sur les finances et les richesse du peuple algérien".

    Sur le degré de réceptivité des autres Etats et de la communauté internationale de manière générale, de la position du Maroc, M. Mahraoui estime que "en plus de sa position géostratégique, le Maroc a fait des pas importants sur le chemin de la consolidation des bases de la démocratie et des droits de l’homme. Il bénéficie aujourd’hui de la stabilité et de la sécurité et joue un rôle avant-gardiste sur les plans régional et international".

    Selon le membre du Corcas, c’est cette situation  qui fait que "de grands pays tel que les Etats-Unis et les autres puissances soient convaincues et reconnaissante au Maroc pour ses initiatives sérieuses et sa participation à la réalisation de la paix et de la sécurité dans le monde, ainsi que pour son rôle géostratégique dans la préservation et la stabilité de l’Afrique du nord et de l’Europe du sud".

    Il faut, selon Lahcen Mahraoui, "utiliser cette situation pour obtenir le soutien des grandes puissances à notre juste cause nationale et pour faire pression sur le régime algérien pour qu’il se détourne de son opposition à la cause du Maroc et des Marocains, notre cause d’intégrité territoriale et pour qu’il s’investisse  sérieusement et de bonne foi et par lui la direction du Polisario elle aussi, dans la mise en application de la proposition d’autonomie".

    A propos de l’explication et la promotion de notre cause nationale, M. Mahraoui estime que le Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes qui "se compose des chioukhs et notables des tribus, de l’élite des jeunes, des élus et de représentants de la société civile, a joué un rôle important dans la promotion de notre cause nationale et affronter avec fermeté les mensonges du régime algérien et de la direction du Polisario", notamment cette falsification qui prétend "convaincre la communauté internationale que le Polisario est l’unique représentant des Sahraouis".

    Dans ce cadre, M. Mahraoui estime que grâce à l’action du Corcas, "le monde sait avec certitude que cette prétention est mensongère puisqu’il existe des Sahraouis unionistes et que ceux-ci constituent la majorité écrasante". Et ces Sahraouis unionistes ont, par le biais de leur Conseil le Corcas, ont joué un rôle important dans la conception du projet d’autonomie, présenté par le Maroc, dans le cadre de la solution politique pour tourner définitivement la page de ce conflit régional artificiel.

    Sources : le site politique du Sahara occidental :  

                www.corcas.com

     Voir aussi : Le portail du Sahara occidental : 

                www.sahara-online.net  

    Le site de la culture hassanie : 

                www.sahara-culture.com    

    Le site des villes du Sahara occidental :  

                www.sahara-villes.com  

    Le site du développement économique du Sahara occidental:  

                                  www.sahara-developpement.com   

    Le site social du Sahara occidental :

                                  www.sahara-social.com