Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2017

Le Myanmar soutient la position du Maroc au sujet de la question du Sahara

Le Myanmar soutient la position du Maroc au sujet de la question du Sahara, a affirmé le vice-ministre des Affaires étrangères du Myanmar, Kyaw Tin, dans une déclaration à la presse en marge de sa visite de travail au Maroc.

Le vice-ministre des Affaires étrangères du Myanmar a ajouté que son pays soutient une solution politique pour mettre un terme à ce conflit.

La première réunion de consultations politiques entre le Maroc et le Myanmar s'est tenue, lundi à Rabat, sous la co-présidence de la Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mounia Boucetta, et du vice-ministre des Affaires étrangères du Myanmar, Kyaw Tin.

A cette occasion, les deux pays ont signé un accord relatif à l’exemption de visas pour les titulaires d'un passeport diplomatique, d’un passeport de service ou d'un passeport spécial ainsi qu’un mémorandum d’entente sur l’établissement de consultations entre les deux pays.

Les discussions entre les deux parties ont porté sur les moyens de développer la coopération bilatérale, notamment à travers le renforcement des échanges commerciaux et la promotion de l’investissement.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

05/07/2017

Objection de nombreux Etats à une décision du Président algérien du Conseil de paix et de sécurité de l’UA

sommetua.jpgUne vingtaine de pays membres de l'Union africaine (UA) ont émis, mardi 4 juillet à Addis-Abeba, une forte réserve à la décision du Conseil de paix et de sécurité de l'UA sur le Sahara.

Ce dernier appelle le Maroc et la prétendue "Rasd" à "s'engager dans des pourparlers directs et sérieux" et à apporter la coopération nécessaire aux organes politiques de l'UA, à la Commission et au haut représentant de l'UA pour le Sahara.

Les délégations de ces pays expriment leurs "fortes réserves" en référence à cette décision, au deuxième jour de la 29e Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA, dont les travaux ont débuté lundi 3 juillet.

La Conférence se félicite du retour du Maroc au sein de l'UA, appelant à une "solution mutuellement acceptée" pour résoudre le conflit artificiel autour de la marocanité du Sahara.

Elle se félicite également de la baisse significative de la tension dans le territoire et le retrait des forces des parties des zones de confrontation, notamment des Guergerat, ainsi que du retour du personnel de la Minurso.

La Conférence salue la nomination par le SG de l'ONU d’un nouveau représentant accepté par les parties au conflit, en la personne de Horst Kohler, ancien président d’Allemagne.

Elle engage les présidents de l'UA et de la Commission de l'Union africaine (CUA) à assurer le "soutien approprié" aux actions pour "soutenir les efforts des Nations unies pour parvenir à un accord sur une solution consensuelle et définitive du conflit".

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

03/07/2017

Ana Palacio, ex-ministre des affaires étrangères espagnole écrit sur l’"avenir du Sahara"

"La bataille judiciaire engagée par le Polisario vise à saper le processus de l’ONU"

AnaPalacio.jpgDans une tribune parue sur le site Dipublico, Ana Palacio, ex-ministre espagnole des Affaires étrangères, appelle à contrer la nouvelle stratégie du Polisario de recourir à des tribunaux tiers, estimant que cette tactique vise à saper les efforts de l'ONU pour régler le conflit du Sahara.

Un vibrant plaidoyer vient d'être lancé par l'ex-ministre espagnole des Affaires étrangères, Ana Palacio, pour le règlement du conflit du Sahara.

Sous le titre de "Un avenir pour le Sahara", l'ancienne chef de la diplomatie espagnole a publié sur le site Dipublico une tribune dans laquelle elle estime qu'"il y a une réelle possibilité de régler le conflit du Sahara".

Mais voilà, relève-t-elle, "la nouvelle campagne agressive du Front Polisario" vise à saper le processus engagé par l'ONU pour trouver une solution politique à ce différend plus que quarantenaire.

"Il convient de remettre en question la nouvelle campagne agressive du Front Polisario contre les deux tiers du territoire du Sahara" sur lesquels le Maroc est souverain, alors que le tiers restant déclaré "territoires libérés" est en effet placé sous la supervision des Nations unies.

"Après que le Conseil de sécurité ait approuvé l'appel de M.Guterres (SG de l'ONU) pour relancer le processus de négociations, le Front Polisario a saisi un tribunal civil en Afrique du Sud, en cherchant à saisir une cargaison de phosphate extrait sur le territoire du Sahara", constate l'ex-MAE espagnole, actuellement membre du Conseil de l'Etat espagnol.

"Quelques jours plus tard, un défi similaire a été lancé au Panama contre un autre navire transportant du phosphate. Le tribunal panaméen a rejeté le recours", a noté l'ancienne vice-présidente de la Banque mondiale, indiquant que le rejet du recours du Polisario par le tribunal (maritime) panaméen a été motivé par les dessous diplomatiques et politiques de cette affaire.

"Mais la question sud-africaine est en cours", note Ana Palacio, dénonçant ouvertement "cette nouvelle tactique d'utiliser les tribunaux civils de pays tiers dans la tentative de faire mal au Maroc et de saper le processus de l'ONU".

L'ex-ministre espagnole des Affaires étrangères n'a pas manqué de décocher une flèche à l'adresse de l'Algérie, considérée dans la résolution 2351 adoptée fin avril dernier à l'unanimité des quinze membres du conseil de sécurité, comme étant partie prenante du conflit du Sahara.

"Une solution au conflit du Sahara ne peut être atteinte que si toutes les parties -en particulier le Front Polisario et le Maroc, mais aussi les pays voisins, en particulier l'Algérie- s'engagent", certifie Ana Palacio, également maître conférencier à l'Université Georgetown, aux Etats-Unis.

"En fait, toute la communauté internationale a intérêt à soutenir le processus de l'ONU et a la responsabilité de tout mettre en œuvre pour le succès de ce processus", a-t-elle exhorté.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com