Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2017

Les députés brésiliens appellent l’Exécutif à soutenir les efforts du Maroc au sujet du Sahara

La paix dans la région " passe nécessairement par l’octroi de l’autonomie aux habitants du Sahara, sous la souveraineté et l’intégrité nationale du Maroc "

députésBrésil.jpgLa Chambre des Députés brésilienne vient d’adopter une motion parlementaire sous forme de lettre adressée au ministre des Relations extérieures, Aloysio Nunes, demandant officiellement au gouvernement brésilien de « soutenir les efforts déployés par le Maroc dans le cadre du processus visant à parvenir à un règlement politique et consensuel au différend régional sur le Sahara ».

Ce document, adopté pour la première fois au niveau du Congrès brésilien, reflète la pertinence de l’initiative marocaine d’autonomie pour le Sahara, présentée par le Royaume le 11 avril 2007 et qualifiée de sérieuse et crédible.

Le texte, consultable sur le site officiel de la Chambre des députés, note que l’initiative d’autonomie « reflète les efforts sérieux et crédibles du Maroc en vue de faire avancer ce processus », qui s’est consolidé avec l’adoption, en avril dernier, par le Conseil de sécurité de l’ONU de la résolution 2351 sur le Sahara.

Selon cette motion, promue à l’initiative du député Cleber Verde, leader du Parti Républicain brésilien (PRB, membre de la coalition gouvernementale), la réalisation de la paix dans la région « passe nécessairement par l’octroi de l’autonomie aux habitants du Sahara, en leur attribuant de larges pouvoirs législatifs et exécutifs sous la souveraineté et l’intégrité nationale du Maroc ».

Le document se félicite des « récentes initiatives engagées par le Maroc au niveau des commissions régionales du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) à Dakhla et Laâyoune », ainsi que de « la coopération du Maroc avec les Procédures spéciales du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU ».

La motion relève également que le gouvernement brésilien, dont les relations internationales sont régies par la défense de la paix et la résolution pacifique des conflits, a un rôle important à jouer concernant la question du Sahara au niveau des forums mondiaux en mettant en relief ses différents aspects sécuritaires, sociologiques ou politiques.

Le document focalise aussi sur les relations d’amitié qu’entretient le Brésil avec le Maroc et sur une « histoire riche en liens culturels communs puisant d’un patrimoine ibérique, africain, arabe et juif ».

Mettant en relief l’excellent dialogue dans un cadre multilatéral ainsi que des mécanismes de coopération dont disposent les deux pays, la motion rappelle que Rabat et Brasilia disposent, depuis 1999, d’un mécanisme de consultations politiques et met en avant les relations économiques bilatérales, caractérisées par un flux croissant des échanges commerciaux.

Le document revient aussi sur le retour du Maroc au sein de l’Union africaine, avec le soutien de la majorité des Etats africains, en soulignant la volonté du Maroc et des pays africains de « construire un chemin vers des relations pacifiques, prospères et inscrites dans la durée ».

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

01/06/2017

L’Assemblée Générale de l’ONU inflige une défaite cinglante à l’Algérie face au Maroc

Le Maroc Vice-président de l’AG de l’ONU et de la 4ème Commission

onu_assemble.jpgLe Maroc a été brillamment élu ce jour par l'Assemblée Générale des Nations Unies, face à l’Algérie, au poste de Vice-président de la 4ème Commission, en charge de la décolonisation. Cette victoire survient après son élection le matin même, à la Vice-présidence de l’Assemblée Générale.

Le candidat marocain, M. Yasser Halfaoui, Conseiller à la Mission Permanente du Royaume du Maroc auprès des Nations Unies à New York, a obtenu 88 voix contre 58 pour la candidate algérienne.

Le choix porté sur le candidat marocain, au détriment de la diplomate algérienne, représente un vote de confiance en faveur du Maroc, confortant ainsi son rôle de premier plan, son sérieux et sa pro activité au sein des Nations Unies de manière générale, et de la 4ème Commission en particulier. La dernière élection du Maroc au bureau de cette Commission remonte à 1970.

Par ailleurs, ce résultat consacre les efforts du Maroc en tant que coordonnateur du Mouvement des Non Alignés pour le maintien de la paix et en faveur des questions de paix et de sécurité qui relèvent de cette Commission.
Il s’agit également d’une victoire pour la diplomatie marocaine contre l’acharnement de l’Algérie, qui a usé de tous les moyens et manœuvres pour empêcher le Maroc d’accéder à ce poste.

En réaction à la candidature du Maroc, l’Algérie s’est empressée de présenter sa propre candidate, bien que ce pays fût membre du bureau de la 4ème Commission en 2006.

Non seulement l’Algérie n’a pas voulu se soumettre aux critères du groupe africain, qui étaient en faveur de la candidature marocaine, elle a également empêché la tenue d’une session du Comité des candidatures africain, afin de lui éviter son verdict, qui lui était manifestement défavorable.

En optant pour l’envoi de la question à l’Assemblée Générale, l’Algérie pensait pouvoir compenser son manque de soutien au sein du groupe africain. C’était son erreur fatale, l’Assemblée Générale ayant tranché en faveur du Maroc avec plus de 30 voix d’écart.

La candidature de l’Algérie avait pour objectif de verrouiller la 4ème Commission afin d’y mettre en œuvre son agenda relatif à la question du Sahara, avec la complicité du Président de cette Commission, qui n’est autre que l’Ambassadeur du Venezuela auprès des Nations Unies, M. Raphael Ramirez, connu pour son hostilité envers le Maroc.

La vigilance et la réaction rapide du Maroc ont permis de déjouer ce plan. Le Royaume a réussi à contrer les manœuvres de ses adversaires et à imposer sa présence au sein du bureau de la 4ème Commission, aux côtés du Venezuela.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

31/05/2017

La Commission européenne oppose une réponse cinglante à certains eurodéputés

Les accords avec le Maroc concernent "l’ensemble des eaux territoriales du Royaume du Maroc y compris le Sahara"

commission_europeenne.jpgLa Commission européenne vient d’opposer une réponse cinglante à certains eurodéputés qui s’agitent dans les couloirs du Parlement européen dans l’objectif de mettre en doute les accords commerciaux entre l’Union européenne et le Maroc.

La réponse du Commissaire européen chargé de la pêche Karmenu Vella, publiée ce mardi par le Parlement européen, est venue mettre un terme aux gesticulations de ces eurodéputés, à pied d’œuvre assidument au service de l’agenda algérien, en leur affirmant d’abord que le protocole d’accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne concerne “l’ensemble des eaux territoriales du Royaume du Maroc y compris le Sahara” et contient des dispositions garantissant qu’il est “pleinement conforme au droit international et sert les intérêts de toutes les populations concernées”.

Et le commissaire européen d’insister que toutes les modifications apportées à l’accord, notamment les quotas de pêche “sont entièrement conformes aux dispositions pertinentes du droit international”.

Le protocole de pêche Maroc-UE est entré en vigueur le 15 juillet 2014 pour une durée de 4 ans. Pour la Commission européenne, cet accord qui constitue “un exemple de gouvernance internationale responsable de la pêche” est le deuxième plus important du genre et appartient à une nouvelle génération d’accords de pêche conclus après la réforme de la politique commune de la pêche de l’Union, qui met l’accent essentiellement sur la durabilité environnementale, la rentabilité économique et la légalité internationale.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com