Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2019

La Croatie soutient les efforts “sérieux” et “crédibles” du Maroc pour parvenir à une solution politique au Sahara occidental

La Croatie soutient tous les efforts “sérieux” et “crédibles” du Maroc pour parvenir à une solution politique au différend régional sur le Sahara marocain, a affirmé, vendredi à Rabat, la Vice-premier ministre, ministre croate des Affaires étrangères, Marija Pejcinovic Buric.


Dans une déclaration à la presse à l’issue de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Nasser Bourita, Mme Pejcinovic Buric a indiqué que la Croatie s’aligne sur la position de l’Union européenne concernant la question du Sahara marocain, précisant que son pays salue la relance du processus conduit par les Nations Unies et soutient les efforts du Secrétaire Général de l’Onu, M. Antonio Guterres et de son envoyé personnel pour le Sahara, M. Horst Kohler.

La cheffe de la diplomatie croate a formulé le souhait de voir “ce nouvel élan créer une dynamique positive” pour trouver une solution au différend sur la question du Sahara marocain, ce qui sera “bénéfique pour la stabilité et la prospérité régionale”.

Mme Pejcinovic Buric a effectué une visite de travail de trois jours au Maroc (7 – 9 février) à la tête d’une importante délégation d’hommes d’affaires et d’opérateurs économiques actifs dans les secteurs des énergies renouvelables et de l’industrie militaire, une visite qui s’inscrit dans le cadre du dialogue et de la concertation régulière entre le Maroc et la Croatie et leur volonté commune de donner une nouvelle impulsion à leurs relations bilatérales, et qui vise à renforcer les échanges commerciaux et les investissements entre les deux pays.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

08/02/2019

Sous le règne de SM le Roi, le traitement du dossier du Sahara repose sur l'efficacité et l'anticipation (le journal saoudien "Riyad")

Sous le règne de SM le Roi Mohammed VI, le dossier du Sahara marocain est géré selon un nouveau traitement basé sur une diplomatie efficace, efficiente et d'anticipation, a écrit jeudi le journal saoudien "Riyad".

Dans un article intitulé "Le Sahara marocain : entre la légitimité historique et la légalité juridique", la publication souligne que cette nouvelle approche "repose sur une action proactive adossée à des objectifs bien définis, partant de la foi immuable du Maroc en ses droits et de son attachement à l'intégrité de son territoire".

Illustrant l'article par des photos de Marocains ayant participé à la marche verte, le quotidien saoudien relève que la date du 6 novembre 1975 a marqué un tournant décisif dans la gestion du dossier du parachèvement de l'intégrité territoriale du Maroc.

Cette gestion, peut-on lire, préconisait désormais le réalisme politique tout en faisant valoir le rôle du tandem Trône/Peuple dans la lutte contre les thèses séparatistes et colonialistes qui ciblaient le Maroc à l'époque.

Le Royaume a également fait sienne une stratégie pertinente pour contrer les attaques répétées qui visaient à semer la zizanie à l'intérieur du pays et à brandir la carte des droits de l'homme à l'extérieur, notamment à la lumière des revers cuisants que subissait le principe de l'autodétermination".

Selon la publication, "le droit des peuples à l'autodétermination est l'un des droits humains les plus anciens qui s'est imposé face aux puissances colonialistes après les pressions des mouvements de libération nationale à travers le monde".

Or, nuance la publication, il ne faut pas feindre d'ignorer que "la stipulation du doit à l'autodétermination dans les textes onusiens est intervenue dans le sillage des efforts de l'ONU pour la libération des peuples du colonialisme et non pas pour le morcellement des Etats et l'atteinte à leur souveraineté et à leur intégrité territoriale".

"Il faut reconnaitre le rôle d'avant-garde joué par le Maroc dans la consécration du droit à l'autodétermination qui visait essentiellement le retour à la normale de l'intégrité territoriale des Etats occupés et une rupture avec les politiques impérialistes", écrit le journal, soulignant que le Royaume figurait parmi les premiers pays à avoir donné corps à ce principe en reconnaissant en 1776 les Etats Unis d'Amérique.

La publication rappelle, également, que l'Espagne, qui occupait le Sahara marocain, était pour des discussions directes avec le Royaume du Maroc en vue de soutenir la décolonisation dans la région, relevant que le Maroc ne cessait de revendiquer la récupération de ce territoire sous occupation espagnole, après une indépendance inachevée en 1956, à commencer par le discours historique de feu Mohammed V en 1958 avant qu'une délégation marocaine, conduite par feu Hassan II, encore prince Héritier à l'époque, ne présenta en 1960 une demande officielle près l'ONU au sujet de la nécessité de mettre fin à l'occupation au Sahara.

Le journal signale, par ailleurs, que la résolution onusienne N 1514 intitulée "Déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux" a dénué la thèse séparatiste de tout fondement, lorsqu'elle a stipulé que "toute tentative visant à détruire partiellement ou totalement l'unité nationale et l'intégrité territoriale d'un pays est incompatible avec les buts et les principes de la Charte des Nations Unies".

La même source relève que le principe édictant l'impératif de non exploitation du droit à l'autodétermination dans des buts visant à porter atteinte à l'intégrité territoriale et nationale des Etats a été réitéré à travers plusieurs résolutions onusiennes, dont celle N 2625 adoptée en 1970 par l'Assemblée générale de l'ONU, qui a souligné que ce principe demeure tributaire de l'impératif de respecter l'unité nationale et l'intégrité territoriale des Etats indépendants et souverains.

Le journal s'attarde également sur l'avis consultatif, sans équivoque, rendu par la Cour internationale de justice en 1974, qui a confirmé que le "Sahara n'était pas un territoire sans maître au moment de la colonisation par l'Espagne", précisant au contraire que les tribus sahraouis avaient des "liens juridiques" avec le Royaume du Maroc.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

31/01/2019

Le CS tient des consultations sur le Sahara occidental en présence de l’Envoyé personnel du SG

Le Conseil de Sécurité des Nations-Unies a tenu, mardi à New York, des consultations sur la question du Sahara occidental marocain, en présence de l’Envoyé personnel du Secrétaire général, Horst Kohler, qui a briefé les membres du Conseil sur ses derniers efforts visant à relancer les pourparlers.

M. Kohler a ainsi informé les membres du Conseil qu’il comptait tenir en mars prochain une nouvelle table ronde similaire à celle de Genève de décembre dernier, précédée de rencontres bilatérales avec les parties, ont indiqué à la presse plusieurs ambassadeurs de pays membres du Conseil de sécurité, à l’issue de cette réunion.

L’Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara devra se réunir individuellement avec les quatre parties (Maroc, Algérie, Mauritanie et polisario) au cours du mois de février afin de développer un “agenda” pour une nouvelle table ronde en mars prochain, selon les mêmes sources.

Interrogé par la MAP à sa sortie de la réunion du Conseil de sécurité, Horst Kohler a confirmé qu’il comptait organiser en mars une nouvelle réunion avec le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le polisario. “Nous préparons le prochain round et nous nous attendons à une bonne réunion en mars”, a-t-il dit.

De son côté, l’ambassadeur de France à l’ONU, François Delattre, a indiqué que même si M. Kohler n’a pas mentionné de date précise pour cette prochaine rencontre prévue en mars, “le contexte, selon ses propres mots, reste favorable” pour la reprise des pourparlers.

“Il ressent un élan réel. Il a une vision, et la confiance de toutes les délégations autour de la table. Donc, nous avons un bon environnement”, a dit le diplomate français à la presse.

Evoquant le déroulement des consultations du Conseil de sécurité, M. Delattre a estimé qu’il s’agit d’une “bonne réunion, de laquelle je retiens surtout le soutien unanime aux efforts de l’Envoyé personnel”. Selon l’ambassadeur français, “la vision et l’engagement de M. Kohler envers l’élan qu’il a contribué à créer sont vraiment incomparables”. “Il y avait donc un soutien unanime pour lui et pour ses efforts”, a ajouté le diplomate.

Pour sa part, l’Ambassadeur d’Allemagne à l’ONU, Christoph Heusgen, a indiqué que l’Envoyé personnel du Secrétaire général reste “très engagé” dans ce dossier et qu’il a réitéré devant le Conseil de sécurité sa volonté d’aboutir à “une solution réaliste, pratique et durable” à la question du Sahara marocain.

“Il était très important de voir que tout le monde autour de la table le soutenait. Tout le monde a dit qu’il s’agit d’un conflit auquel nous pourrons trouver une solution”, a relaté l’ambassadeur allemand devant la presse.

Selon lui, la résolution de ce conflit serait aussi positive “pour les habitants de la région, car le potentiel économique du Maghreb est immense, mais malheureusement il n’est pas exploité aujourd’hui à cause de ce conflit”.

L’ambassadeur allemand a ainsi regretté que le potentiel de l’intégration économique de la région du Maghreb soit bridé par ce conflit qui n’a que trop durer. “Aujourd’hui, il existe à peine un quelconque échange commercial entre le Maroc et l’Algérie (…) pourtant deux grands pays de la région dont les populations bénéficieraient toutes d’une telle intégration”, a-t-il dit.

La résolution de ce conflit, qui est à même d’ouvrir la voie à l’intégration maghrébine, marquera “une avancée énorme” pour la région, et “l’Allemagne reste très favorable” à une telle issue, a assuré M. Heusgen.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com