Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2018

Des élus et des acteurs du Sahara occidental appellent le Parlement européen à adopter les accords de pêche et d’agriculture UE-Maroc

Des élus et des acteurs du Sahara occidental ont appelé, mardi, le Parlement européen à adopter les accords de pêche et d’agriculture entre le Maroc et l’Union européenne (UE), eu égard à leur impact direct sur le développement de cette région.
Intervenant lors d’une rencontre organisée au siège du Parlement européen à Bruxelles, ils ont souligné que les accords de pêche et agricole sont à même de créer des richesses et des opportunités d’emploi et de promouvoir les conditions économiques et sociales de la population locale.
Tout en insistant que les élus locaux sont les représentants légitimes des habitants des provinces du Sud, ils ont relevé que le Maroc a réalisé des progrès importants dans le domaine de la régionalisation élargie en permettant à la population sahraouie de s’autogérer dans le respect total de ses spécificités culturelles et sociales, à travers des conseils élus qui reflètent le niveau de gouvernance et de démocratie locale dans la région.
S’exprimant à cette occasion, le président de la région de Dakhla-Oued Eddahab, Ynja Al Khattat, a mis en avant les chantiers d’envergure engagés dans les provinces du Sud dans le cadre d’un modèle de développement ambitieux visant à valoriser les ressources naturelles et humaines que recèle la région.
Il a cité, à cet égard, de nombreux projets mis en place à Dakhla-Oued Eddahab dans le cadre du plan de développement régional, lequel repose notamment sur la création d’un pôle logistique maritime et d’un pôle éco-touristique à Dakhla, sur le renforcement des infrastructures dans les communes d’El Argoub et de Bir Gandouz, ainsi que sur la valorisation du patrimoine culturel régional.
M. Al Khattat a, par ailleurs, relevé que le Maroc, grâce à son Sahara, constitue une porte d’entrée vers l’Afrique, ce qui ouvre de larges horizons devant les investisseurs européens désireux d’explorer de nouveaux marchés dans ce continent.
De son côté, le président de la chambre d’agriculture de Laâyoune, Ahmed Ahmimid, a souligné le rôle important des accords de pêche et d’agriculture entre le Maroc et l’UE dans l’appui au développement local et l’amélioration des conditions de vie de la population sahraouie.
Il a, de même, exhorté l’Union européenne à encourager les investissements dans les provinces du Sud, en particulier dans les secteurs agricole et de pêche maritime, ce qui sera de nature à créer des postes d’emploi, notamment au profit des jeunes.
Le président de l’association sahraouie pour le développement durable et l’encouragement des investissements, Sidi Ahmed Hormat Allah, a, quant à lui, mis en relief les retombées positives des différents chantiers de développement engagés dans les provinces du Sud sur la population locale, mettant l’accent sur le rôle important que jouent les coopératives féminines pour favoriser l’autonomisation des femmes et pour leur garantir une indépendance financière.
Il a également mis en avant le progrès réalisé par les différents services publics dans les provinces du sud, notamment dans le secteur de l’enseignement.
Mme Fatna Saida, vice présidente du Conseil de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, a, pour sa part, jeté la lumière sur la contribution des femmes à la dynamique de développement enclenchée dans les provinces du Sud, faisant observer que plusieurs femmes ont réussi à intégrer les conseils élus et à participer à la gestion de la chose locale.
Elle a aussi mis en évidence la mutation urbanistique que connaissent ces provinces depuis leur récupération par le Royaume, tout en relevant l’impact direct des accords de pêche et agricole entre le Maroc et l’Union européenne sur la région.
Mme Saida a évoqué, dans ce sens, les projets agricoles lancés par des jeunes issus de la région, ainsi que les bénéfices des populations des provinces du sud des revenus de la pêche.
Lamam Ben Brika, un jeune investisseur dans le secteur agricole a, de son côté, affirmé que les provinces du Sud disposent de compétences et de ressources humaines prometteuses, capables d’apporter une contribution précieuse au processus de développement dans cette région.
Prenant la parole lors de cette rencontre, des eurodéputés ont été unanimes à souligner les avancées considérables enregistrées dans les provinces du Sud, lesquelles sont reflétées par le lancement d’une panoplie de projets dans différents domaines.
Ils ont également mis en exergue le rôle important des accords de pêche et agricole dans la consolidation du processus de développement et de promotion des conditions de vie de la population locale.
Cette rencontre a été marquée par la projection d’un documentaire sur la dynamique socio-économique que connaissent les provinces du Sud et sur les atouts touristiques et culturels dont regorge cette région.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

27/11/2018

Le Maroc renouvelle son souhait de connaitre la réaction officielle algérienne à l’Initiative de dialogue (Communiqué des Affaires Etrangères)

La demande algérienne de tenir une réunion ministérielle de l’UMA s’inscrit dans la relance de la construction régionale et est sans rapport avec l’Initiative Royale

Le Maroc reste “ouvert et optimiste” quant au futur des relations avec l’Algérie et réitère sa demande aux autorités algériennes de faire connaitre, officiellement, leur réaction à l’endroit de l’Initiative Royale pour l’établissement d’un Mécanisme politique bilatéral de dialogue et de concertation, indique un communiqué du ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale.
Voici le texte intégral de ce communiqué rendu public à l’issue d’un entretien du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Nasser Bourita, avec l’Ambassadeur de la République Algérienne Démocratique et Populaire à Rabat, tenu lundi au siège du Ministère.
“1. Le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Nasser Bourita, s’est entretenu, ce jour, au siège du Ministère, avec l’Ambassadeur de la République Algérienne Démocratique et Populaire à Rabat.
2. Cette rencontre intervient après plusieurs démarches, formelles et informelles, entreprises vainement, dix jours durant, afin d’établir un contact avec les autorités algériennes à un niveau ministériel.
3. Au cours de l’entrevue avec l’Ambassadeur d’Algérie à Rabat, le Ministre a réitéré le souhait du Royaume du Maroc de connaitre la réaction officielle des autorités algériennes à l’Initiative d’établissement d’un Mécanisme politique de dialogue et de concertation avec l’Algérie, annoncée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’assiste, le 6 novembre dernier.
4. Cette Initiative Royale – qui a été saluée par un grand nombre de pays et d’Organisations régionales et internationales – procède d’une volonté sincère de créer un cadre de dialogue bilatéral direct et sans exclusive, pour aplanir tous les différends entre les deux pays, relancer leur coopération et se concerter sur les défis régionaux et transnationaux.
5. Comme l’a souligné Sa Majesté le Roi, Que Dieu L’assiste, le Royaume demeure ouvert et attentif à toutes propositions de l’Algérie concernant le niveau, les déclinaisons, l’ordre du jour, les modalités et le rythme de ce dialogue bilatéral.
6. Par ailleurs, le Maroc a pris note de la lettre du Secrétaire Général de l’Union du Maghreb Arabe, en date du 23 novembre, informant des demandes tunisienne et algérienne appelant à la tenue d’une réunion du Conseil des Ministres des Affaires étrangères de l’UMA. A cet égard, M. Bourita a précisé ce qui suit :
– La demande algérienne est sans rapport avec l’Initiative Royale. Celle-ci est purement bilatérale, alors que la démarche algérienne s’inscrit dans le cadre de la relance de la construction régionale.
– L’état de léthargie que connait l’UMA, depuis des années, est essentiellement dû à la nature anormale des relations maroco-algériennes, lesquelles ne peuvent être traitées que dans le cadre d’un dialogue bilatéral, direct et sans intermédiaires.
– D’ailleurs, l’UMA et ses Etats membres n’ont eu de cesse d’appeler, jusqu’à la semaine dernière, à un dialogue maroco-algérien afin de transcender leurs divergences dans un esprit de bon voisinage et d’aspiration commune à s’élever au niveau des attentes des cinq peuples maghrébins frères.
– Le Maroc n’a pas d’objection de principe quant à la tenue d’une réunion du Conseil des Ministres des Affaires étrangères de l’UMA. Le Royaume a, d’ailleurs, réagi de manière constructive à la proposition formulée par la Tunisie pour tenir une retraite des cinq Ministres maghrébins des Affaires étrangères. Néanmoins, le Maroc ne peut que douter que cette 35ème réunion ministérielle puisse parvenir à des résultats tangibles, différents des 34 précédentes, en l’absence d’une bonne préparation et d’un dialogue direct responsable entre deux Etats membres de l’UMA.
7. Tout en restant attaché à une relance de la construction maghrébine sur des bases saines et solides, le Royaume du Maroc réitère sa demande aux autorités algériennes de faire connaitre, officiellement, leur réaction à l’endroit de l’Initiative Royale pour l’établissement d’un Mécanisme politique bilatéral de dialogue et de concertation.
8. Le Maroc ne peut que regretter que cette invitation n’ait pas encore connu la réaction escomptée, alors même qu’elle a toujours été demandée par l’Algérie elle-même. Malgré ce constat, le Royaume reste ouvert et optimiste quant au futur des relations entre les deux pays frères. Au moment où les autres formules (cadre régional, intermédiaires …) se sont révélées infructueuses, le Maroc espère toujours que les contacts humains directs sauront apporter la réponse appropriée aux divergences bilatérales”.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

22/11/2018

Le Parlement européen adopte l’accord agricole Maroc-UE

La Commission des Affaires étrangères du Parlement européen (AFET) a adopté, mercredi à Bruxelles, à une large majorité l’accord agricole entre le Maroc et l’Union européenne.

Ce vote positif reflète la position des groupes politiques qui sont représentés au sein de cette importante commission en faveur de l’adoption par le Parlement européen de cet accord qui vise à étendre les préférences commerciales aux produits agricoles et de la pêche issus des provinces du sud du Royaume.

L'accord devrait ensuite être adopté par d'autres commissions parlementaires, notamment celle de la Pêche et du Commerce extérieur (INTA), avant le vote final en session plénière.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com