Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2016

Élections dans les provinces du Sud : Forte mobilisation pour le scrutin du 7 octobre

La campagne électorale pour le scrutin du 07 octobre suscite un enthousiasme tout particulier dans les provinces du Sud, où l’heure est à la mobilisation générale en vue de réussir ce scrutin qui se veut la consécration du modèle démocratique et politique marocain singulier.
A chaque scrutin, faut-il le rappeler, les provinces du Sud donnent de belles leçons en matière de maturité politique, de responsabilité, du sens de patriotisme et d’engagement national, citoyen et agissant.
Lors des élections régionales et communales du 04 septembre dernier, le taux de participation dans certaines provinces du Sud s’était établi à 80%, contre 52,3% à l’échelle nationale. Ainsi, la province de Tarfaya, qui relève de la région de Laâyoune-Sakia-El Hamra, avait enregistré le score le plus élevé (82,75%).
Aux communales de 2009, ce taux avait dépassé les 67% dans les provinces du Sud, alors que la moyenne nationale se situait à 52,4%.
Le même engouement a été prouvé lors du référendum constitutionnel du 1er juillet 2011, puisque la moyenne de participation au Sud a fluctué entre 84 et 92%. La région Guelmim-Smara avait enregistré un score de 86,76%, la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia Al Hamra 84,05%, alors que la région Oued Eddahab-Lagouira a enregistré le taux le plus élevé, à savoir 92,19%.
Cette réponse aussi intense à l’appel du devoir national ne laisse aucun doute sur l’attachement des différentes composantes de la société locale à la consolidation des fondements de l’État de droit et des institutions nationales démocratiques, dans un climat de paix, de sécurité et de stabilité.
Elle constitue indéniablement l’illustration de leur détermination à être au premier rang des forces de la Nation dans la défense de l’intégrité territoriale du Royaume et de la mise en œuvre du projet sociétal et moderniste initié par SM le Roi Mohammed VI.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

27/09/2016

Le complot contre le Sahara marocain contribue à désagréger toute la région (Charles Saint-Prot)

Un ouvrage qui montre comment un conflit régional s’est transformé en fond de commerce de certains pays et organisations et qui appelle au soutien du projet d’autonomie

Le complot contre le Sahara marocain contribue à désagréger toute la région et à en faire une zone de non-droit, a affirmé jeudi à Genève le directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques de Paris (OEG), Charles Saint-Prot.
Présentant au Club suisse de la presse l’ouvrage "Sahara marocain : le dossier d'un conflit artificiel" qu’il a codirigé avec d'autres professeurs et experts, le géopolitologue français a souligné que le Polisario est l’un des éléments de ce complot visant la déstabilisation régionale, aux mains de la politique algérienne. Ce livre rédigé par des spécialistes de France, d’Allemagne, d’Espagne, du Sénégal et du Maroc montre, selon lui, que ce différend régional continue à être un fonds de commerce pour quelques Etats, organisations et autres officines qui ont conservé une mentalité de la Guerre Froide.
M. Saint-Prot a estimé que la communauté internationale doit agir, sans attendre, pour un règlement durable de ce dossier sur la base de la seule solution réaliste et crédible qu’est l’initiative d’autonomie présentée par le Royaume. "Il est urgent de résoudre cette question à un moment où des Etats entiers s’effondrent dans la région, laissant le champ libre aux groupes terroristes et séparatistes", a-t-il fait observer devant un parterre d’acteurs associatifs, d’experts internationaux et de représentants des médias. Soulignant que le Maroc demeure le seul facteur de stabilité à l’échelle régionale, l’expert a attiré l’attention sur les accointances des organisations terroristes qui sévissent dans la région sahélo-saharienne et les partisans du séparatisme.
"Il est temps que la communauté internationale apporte tout son soutien au Maroc, tout en invitant clairement l’Algérie à mettre un terme à une crise qui constitue un facteur de déstabilisation supplémentaire dans une région sahélo-saharienne où l’on déplore la montée en puissance des groupes extrémistes", lit-on dans l’ouvrage.
Le secrétaire général de l’Association pour la promotion des libertés fondamentales, Me Mathieu Cardon (France), a de son côté dénoncé la campagne d’intoxication orchestrée contre le Royaume autour de la question des droits humains. "Cette campagne n’a d’autres fins que de détourner l’attention de l’opinion publique et de la communauté internationale sur les activités illicites menées dans la région voisine", a fait remarquer le juriste, notant qu’"il y a là une instrumentalisation manifeste des droits de l’homme à des fins purement politiques".
Il a affirmé qu’une telle mise en scène ne saurait faire perdre de vue la réalité, évoquant dans ce cadre la garantie de la protection des droits de l’Homme au Sahara marocain et l’absence de toute protection des libertés fondamentales dans les camps de Tindouf.
Les discussions qui ont eu lieu à l’issue de la présentation de l’ouvrage ont porté sur la dynamique de développement des provinces sahraouies, dotées d’un modèle économique intégré, ainsi que sur les atouts de la proposition d’autonomie comme la seule voie à même de favoriser une sortie de l'impasse qui perdure.
"Sahara marocain : le dossier d'un conflit artificiel" est paru sous la direction de M. Saint-Prot, Jean-Yves de Cara, professeur de droit international à l'Université Paris Descartes-Sorbonne Paris Cité, et Christophe Boutin, professeur de droit public à l'Université de Caen Normandie. Il s'adresse aux chercheurs et aux étudiants, mais aussi aux hommes politiques, aux diplomates et, plus largement à tous ceux qui sont intéressés par les questions géopolitiques du Maghreb et de la zone sahélo-saharienne.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

26/09/2016

L’UE réitère sa préoccupation pour la sécurité de la région du non règlement de la question du Sahara occidental

Les instances européennes et internationales estiment que l’absence d’un enregistrement des populations, refusé par Alger, favorise le détournement de l’aide destinée aux populations des camps

L’UE est préoccupée par la longue durée du conflit autour du Sahara et par les conséquences de celui-ci sur la sécurité et l’intégration dans la région, lit-on dans une réponse du Conseil de l’Union européenne à une question parlementaire qui lui avait été adressée récemment par un groupe d’eurodéputés sur les conséquences pour la sécurité européenne du statu quo dans ce conflit artificiel.
Les eurodéputés avaient également interpelé le Conseil de l’UE sur l’absence d’un recensement des populations des camps de Tindouf en Algérie « qui a des conséquences graves sur la protection de ces populations qui vivent depuis quatre décennies dans des conditions humanitaires très difficiles ».
La nécessité d’organiser un recensement des populations séquestrées dans les camps de Tindouf a été, à maintes reprises, évoquée par les instances européennes et internationales. L’absence d’un enregistrement des populations des camps, refusé par Alger, favorise à leurs yeux le détournement de l’aide humanitaire destinée aux populations des camps.
Interpelée dans le même contexte par un eurodéputé au sujet du détournement de l’aide humanitaire européenne par le Polisario au titre de la décharge du budget 2013, la haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini s’était prononcée en faveur de la tenue d’un recensement des populations des camps de Tindouf.
Mme Mogherini avait consenti qu’il y avait eu effectivement des problèmes dans la distribution de ces aides, en allusion au rapport de l’Office européen antifraude (OLAF) qui avait dévoilé l’existence de détournements massifs par le Polisario de l’aide humanitaire européenne destinée aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf, en Algérie.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com