Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2017

L’initiative marocaine d’autonomie est la “seule positive” pour un règlement politique au Sahara (diplomate grenadine)

"Profondément préoccupée" par la situation des droits de l’homme dans les camps de Tindouf, "les seuls dans le monde où un recensement n’a pas été effectué"

Flag_of_Grenada.svg.pngL’initiative d’autonomie présentée par le Maroc en 2007 pour régler le différend artificiel autour du Sahara marocain est la « seule initiative positive » permettant de parvenir au règlement politique escompté par les Nations Unies, a souligné, mardi à New York, l’ambassadeur de la Grenade auprès de l’ONU, Keisha McGuire.

« L’initiative d’autonomie présentée par le Maroc le 11 avril 2007 représente la seule initiative positive qui offre les meilleures possibilités de parvenir à la solution politique » voulue par le Conseil de sécurité qui « n’a eu de cesse d’appeler à une solution politique négociée et mutuellement acceptable pour le conflit » autour du Sahara marocain, a affirmé Mme McGuire qui intervenait lors d’une réunion du Comité spécial des 24 (C24) de l’Assemblée générale de l’Onu.

La diplomate grenadine a affirmé que « le statut d’autonomie proposé par le Maroc pour la région du Sahara garantit à tous les Sahraouis, à l’intérieur comme à l’extérieur de ce territoire, leurs pleins rôles au sein des institutions de la région, sans discrimination ni exclusion aucune ».

Elle a rappelé que les populations du Sahara devront, dans le cadre de l’initiative d’autonomie, gérer leurs propres affaires de manière démocratique à travers des organes législatifs, exécutifs et judiciaires jouissant de pouvoirs exclusifs et dotés de ressources financières nécessaires pour le développement de la région dans tous les domaines, tout comme elles participeront activement à la vie économique, sociale et culturelle du Royaume.

L’initiative d’autonomie, en tant que « proposition sérieuse », est « conforme à la Charte des Nations Unies, à la pratique juridique internationale et aux résolutions de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité », a tenu à préciser la diplomate grenadine.

Mme McGuire a rappelé, par la même, que l’organe exécutif de l’ONU a réitéré sa demande aux Etats de la région de continuer à coopérer pleinement avec les Nations Unies pour mettre fin à l’impasse et progresser vers une solution politique, tout en réaffirmant le « soutien ferme » de son pays au processus politique mené par le Conseil de sécurité depuis 2007, sous les auspices exclusifs des Nations Unies, visant à parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable à ce différend régional.

Elle s’est félicitée, dans ce contexte, que la résolution 2351 du Conseil de sécurité, adoptée le 28 avril dernier, a mis en avant les efforts du Maroc pour régler le conflit du Sahara, souligné la prééminence et la pertinence de l’initiative marocaine d’autonomie « en tant que solution unique à la question du Sahara » et appelé les autres parties à assumer leur responsabilité et à apporter des contributions importantes et substantielles au processus politique.

La diplomate grenadine a, d’autre part, tenu à saluer les élections régionales et législatives qui ont eu lieu au Maroc, y compris dans les provinces du sud du Royaume, respectivement le 5 septembre 2015 et le 7 novembre 2016, « dans une atmosphère de calme » et avec une « forte participation de la population du Sahara » qui « témoigne de sa pleine contribution à la vie économique, sociale et politique du Royaume du Maroc ».

Elle s’est félicitée, dans ce cadre, des mesures et des initiatives « accueillies favorablement par le Conseil de sécurité » qu’a entreprises le Maroc pour promouvoir et protéger les droits de l’homme, en particulier son interaction avec les Procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme, ainsi que le rôle joué par le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) et ses commissions régionales opérant au Sahara, notamment à Dakhla et à Laayoune.

A contrario, la diplomate grenadine s’est dite « profondément préoccupée » par la situation des droits de l’homme dans les camps de Tindouf, « les seuls camps dans le monde où un recensement n’a pas été effectué », rappelant que le Conseil de sécurité a réitéré, avec plus d’insistance, son appel à un enregistrement des populations de ces camps, au sud de l’Algérie.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

Les commentaires sont fermés.