Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2016

Des eurodéputés interpellent la Commission européenne sur le détournement de l’aide humanitaire par le Polisario

Des eurodéputés de différents groupes politiques ont interpellé la Commission européenne sur le détournement de l’aide humanitaire par le Polisario et l’Algérie dénoncée par le rapport de l’office européen de lutte antifraude (OLAF).
Dans une question écrite adressée à l’exécutif européen, ces eurodéputés ont rappelé la résolution du Parlement européen sur la décharge budgétaire de 2013, qui fait référence à l’enquête de l’OLAF portant sur le détournement de l’aide humanitaire par le Polisario et l’Algérie et les affirmations de l’ancien directeur de la Direction générale de l’aide humanitaire de la Commission européenne DG ECHO selon lesquelles l’Algérie impose une taxe de 5 pc sur l’aide humanitaire européenne destinée aux camps de Tindouf, en violation flagrante de la pratique et des normes internationales.
Les députés Tomáš Zdechovský Patricija Šulin, Ingeborg Gräßle (PPE), Frédérique Ries (ALDE) et Igor Šoltes (Verts/ALE) interrogent la Commission européenne sur les mesures prises depuis l’adoption de la résolution du Parlement européen sur la décharge budgétaire de 2013 en vue de mettre un terme au détournement et à la taxation imposée par l’Algérie sur l’aide humanitaire européenne.
Le Parlement européen avait, dans sa résolution relative à la décharge budgétaire pour l’exercice 2013, demandé à la Commission européenne de fournir des éclaircissements sur les mesures prises en réponse aux conclusions du rapport de l’OLAF, de veiller à ce que les individus algériens ou sahraouis incriminés n’aient plus accès à l’aide financée par les contribuables européens, ainsi que de réévaluer l’aide de l’UE et l’adapter aux besoins réels des populations.
Il avait également relevé que, selon un rapport d’enquête du HCR, l’absence d’enregistrement de la population pendant une période aussi prolongée constitue une situation anormale et unique dans les annales des Nations unies.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

23/06/2016

Le Maroc appelle le HCR à œuvrer pour l’enregistrement des populations des camps de Tindouf

Le Maroc a appelé à nouveau, mardi, le Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) à mettre en place les procédures requises pour l’enregistrement des populations des camps de Tindouf, conformément à son mandat général et aux récentes résolutions du Conseil de sécurité.
Cet appel a été lancé à Genève par l’ambassadeur représentant permanent du Royaume auprès de l’ONU, Mohamed Aujjar, lors de la 66ème session du Comité permanent du HCR, citant notamment la résolution 2218/2015 de l'organe exécutif des Nations unies.
"Le système d’enregistrement établi dans le cadre du mandat du Haut-commissariat devrait s’appliquer à toutes les situations de réfugiés, sans restriction aucune de la part des pays hôtes", a affirmé le diplomate.
Il a à cet égard souligné que l’enregistrement demeure un outil indispensable de la protection permettant de lutter contre les pratiques frauduleuses de détournement de l’aide humanitaire dans les camps de Tindouf. Ces pratiques, a-t-il rappelé, ont été dévoilées par le rapport de l’Office européen de lutte contre la fraude (OLAF) et le rapport d’enquête de l’Inspecteur général du HCR.
Le Maroc, a ajouté M. Aujjar, se félicite des efforts déployés par le HCR en matière de renforcement des capacités des Etats, en vue de les assister à développer leur système d’enregistrement et de gestion des données concernant les réfugiés établis sur leurs territoires.
L’ambassadeur a particulièrement salué l’action du Haut-commissariat en matière de mise en place du système d’enregistrement biométrique des réfugiés dans 11 pays, notamment dans des régions reculées et peu connectées.
L’enregistrement, a-t-il relevé, aide à garantir une protection optimale des réfugiés et favorise une réponse humanitaire plus efficace et ciblée basée sur des données fiables et vérifiées permettant d’évaluer et de quantifier les besoins réels des refugiés en termes d’assistance humanitaire.
Dans le même contexte, l'ambassadeur a attiré l’attention sur la situation des jeunes réfugiés qui pâtissent souvent de l’exclusion, de la discrimination et de la marginalisation dans leurs communautés d’accueil et deviennent des cibles privilégiés des trafiquants de drogue, de la traite d’êtres humains et de recrutement auprès de groupes armés.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

22/06/2016

Eurodéputés : l’autonomie élargie sous souveraineté marocaine est le ‘’meilleur compromis acceptable’’ au Sahara

La proposition marocaine vise à permettre aux Sahraouis d’être ‘’élus démocratiquement pour diriger leur gouvernement local’’

Des eurodéputés ont souligné l’importance de la proposition d’autonomie élargie au Sahara sous souveraineté marocaine, assurant que cette initiative est le ‘’meilleur compromis acceptable’’ pour le règlement de ce conflit.
Dans une lettre adressée à la Haute Représentante de l’Union européenne pour les affaires extérieures et la politique de sécurité, Federica Mogherini, à l’issue d'une visite qu'ils ont effectué dans les provinces du sud du Royaume, les parlementaires européens ont souligné que la proposition marocaine vise à permettre aux Sahraouis d’être ‘’élus démocratiquement pour diriger leur gouvernement local’’.
Ce qui assurera, selon eux, à la fois ‘’la légitimité des représentants du peuple et une gestion efficace des frontières de la région, qui est cruciale pour la sécurité collective’’.
Appelant l’Union européenne à faire usage de son ‘’poids diplomatique et économique pour prendre une initiative forte dans cette affaire’’, les eurodéputés ont indiqué que l’Europe est un ‘’partenaire incontournable’’ du Maroc et du Maghreb, qu’il s’agisse de la sécurité ou du développement.
‘’Nous sommes convaincus que la diplomatie européenne doit jouer un rôle de premier plan pour contribuer à la paix et à la stabilité’’ dans la région, ont-ils ajouté.
Les eurodéputés Gilles Pargneaux, Dominique Riquet et Younous Omarjee ont attiré l’attention de la chef de la diplomatie européenne sur la situation de cette aire régionale et ses implications pour l’Europe.
La région fait face à un contexte sécuritaire interpelant, marqué notamment par la présence de groupes terroristes dans la bande sahélienne, la proximité de la Libye, qui alimente le terrorisme sahélien, et la situation très instable et incertaine de l’Algérie voisine, ont-ils averti.
Paradoxalement, ont-ils relevé, que la coopération en matière de sécurité entre les pays du Maghreb est ‘’faible, voire inexistante’’.
‘’L’Union du Maghreb Arabe, qui pourrait remplir ce rôle de coordinateur anti-terroriste, ne fonctionne pas en raison de la persistance du conflit du Sahara’’, qui "une survivance de la guerre froide qui n'a plus lieu d'être après la chute du bloc de l'Est", ont-ils estimé, ajoutant qu’au-delà de la perte de PIB que ce non-Maghreb implique (2 % de PIB annuellement pour chaque pays du Maghreb), la gravité de la situation sécuritaire réclame une véritable coopération maghrébine.
D’après eux, cela est d’autant plus important pour l’Europe que de cette capacité du Maghreb à agir en tant que bloc régional coordonné sur cette question dépendra aussi la sécurité de l’Europe. La même logique s’applique pour la gestion des importants flux migratoires en provenance d’Afrique sub-saharienne.
Mettant l’accent sur leur récente visite dans les provinces du sud du royaume, les députés européens ont souligné avoir pu constater le développement économique et social "impressionnant" des villes du Sahara, notamment Laâyoune, Smara, Dakhla et Boujdour, tout comme la liberté de circulation et d’expression des ONG rencontrées.
En ce qui concerne la situation des droits de l’Homme, les eurodéputés ont mis en exergue l’’’important travail’’ du Centre régional des droits de l’Homme, notamment pour renforcer et promouvoir la culture des droits de l’Homme.
Ils ont, par ailleurs, indiqué que les tribus sahraouies avec lesquelles ils se sont entretenus n’ont également eu de cesse de rappeler leurs ‘’liens historiques avec la dynastie alaouite et leur attachement à la marocanité de leur territoire.
Le conflit du Sahara dit "occidental", rappelle-t-on, est un conflit imposé au Maroc par l’Algérie qui finance et qui héberge sur son territoire à Tindouf le mouvement séparatiste du Polisario.
Le Polisario, soutenu par le pouvoir algérien, revendique la création d’un État factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une intégration économique et sécuritaire régionale.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com